19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 07:09

http://i53.tinypic.com/1231csz.png

 

Titre japonais : サマーウォーズ (Samā Wōzu)

Réalisateur: Mamoru Hosoda

Scénariste : Satoko Okudera

Studio d’animation : Madhouse

Année de sortie : 2009

Résumé: OZ est un monde virtuel dans lequel chaque citoyen possède un avatar propre, et qui permet de faire à peu près tout. Communication, information, travail, distraction… Cet immense réseau internet tient une grande place dans la société, et chacun l’utilise, que ce soit de façon privée ou professionelle. Quand Kenji Koiso, un lycéen passionné de mathématiques, se trouve sollicité par la jolie Natsuki pour passer des vacances dans la campagne de Nagano, il se retrouve à la fois impliqué dans les histoires d’une famille aussi énergique que soudée, mais aussi dans la lutte contre une intelligence artificielle qui menace le monde d’Oz.

Voir la bande-annonce

http://i53.tinypic.com/25p1ief.jpg

Bien que Summer Wars ai été adapté en manga (et pas le contraire), il s'agit du film que je critique ici, et je vous conseille fortement, si le choix se présente à vous, de voir le film avant de lire le manga car même si celui-ci est très fidèle, l'univers est, je trouve, deux fois plus bluffant en couleur et en images animées. Le manga est cependant très bon lui aussi, mais c'est vrai qu'il n'en ressort pas le même charme.

 

Toute cinéphile que je suis, cela fait un moment que je souhaitais faire une critique d’un long métrage japonais de la trempe d’un Miyazaki. Ce n’est pourtant pas d’un film des studios Ghibli dont je vais vous parler là, mais d’un long métrage de Madhouse studio, par Mamoru Hosoda. Peut-être certains reconnaissent le réalisateur de l’excellente Traversée du temps, adaptée en manga et en roman, qui a eu beaucoup de succès au japon. En tout cas c’est un autre film que je conseille vivement, surtout si vous avez aimé l’esprit de Summer Wars.


Passons à la critique maintenant, puisque nous sommes là pour ça. Summer Wars est un de ces films dont on attend beaucoup, et qui nous satisfont autant. En effet en abordant un tel sujet, un réseau social ancré dans le monde réel et qui fini par le menacer, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec ces nouvelles communautés que nous connaissons bien, et qui depuis quelques années ne font que se développer et s’installer naturellement dans nos vies. Facebook ou twitter par exemple. OZ est exactement ce genre de communauté. Il sert pour toute activité, même les politiques l'utilisent pour diriger le pays et pour communiquer. D'ailleurs Mamoru Hosoda lui-même déclare dans une interview qu'il s'est inspiré du réseau social Mixi (équivalent japonais de Facebook).


Tout comme le danger de l’omniprésence de Facebook dans nos vies, celui de la sécurité du monde d’OZ est bien sûr abordé dans Summer Wars, comme on l’attendait. Mais là où le film dépasse nos attentes, c’est dans la façon d’aborder ce sujet. Alors que dans n’importe quel film on se serait contenté de nous montrer des batailles virtuelles exubérantes et très peu du monde réel, Summer Wars se cible d’avantage sur la vie de la famille Jinnouchi que sur le monde d’OZ. Au premier abord, on pourrait être frustré, car OZ est attirant par ses formes, ses couleurs, et l’immense liberté qu’il présente. Mais l’équilibre est très bien réalisé.


Si ces deux mondes – la campagne de Nagano d’un coté, le réseau social OZ de l’autre – semblent se caractériser par leur contraste, tout l’intérêt du film consiste à les rapprocher, à montrer qu’ils ne forment qu’un seul monde. Si le monde d’OZ est virtuel, tout en lui tend vers le réel, il montre des relations entre des êtres humains, tout comme dans le clan Jinnouchi, le triomphe de l’humanité sur la machine, un monde informatique qui finalement sert le monde réel. Nagano, tout comme OZ, est une représentation miniature du monde, à travers des personnages caractérisés par des liens relationnels forts entre eux, des valeurs, une volonté de se battre.


Avant de revenir sur l'aspect "seconde lecture" de Summer Wars, j'aimerais m'attarder sur la surface, la "coquille" du film, pour mieux en inspecter le noyau.

Visuellement, Summer Wars est un véritable plaisir pour les yeux. Pour ne parler que du monde réel, il n'y a pas ici de style particulier qui pourrait plaire ou déplaire. Le dessin et le graphisme est simple tout en étant incroyablement travaillé, fait pour toucher un large publique, pas pour jouer dans l'originalité. Cela peut-être un choix purement commercial, l'idée que ça puisse plaire à tout le monde, ou alors, et je penche plutôt pour cette explication, pour marquer un contraste avec le monde d'OZ qui est, lui, particulièrement coloré et exhubérant. Sans parler des paysages de Nagano qui sont juste impressionants par leur netteté et leur charme, et qui sont mis en avant dans le monde réel là où OZ est constitué de formes arrondies qui n'ont rien de naturel. Une opposition nature/virutel qui ne manque pas d'accrocher le regard. http://i52.tinypic.com/5lz991.jpg

En menant quelques recherches, j'ai découvert que Mamoru Hosoda s'était probablement inspiré (mais peut-être pas officiellement) des oeuvres de l'artiste Takashi Murakami, et c'est vrai qu'en comparant les deux, ça paraît flagrant. Tout l'art de Murakami reposant sur la culture Kawaii et manga, ce rapprochement ne m'étonne pas trop finalement.


Avec un tel sujet, et le choix de situer l'action dans une campagne isolée, où ce sont surtout les relations familiales qui sont mises en valeur, un autre problème se posait. En effet, le film s'adresse à un public d'abord adolescent : comment donner du rythme au film et accrocher le spectateur ? Hosoda a répondu à ce problème en introduisant les combats dans OZ, et surtout, par l'utilisation du jeu de l'hanafuda.

L'hanafuda est un jeu de cartes japonais assez ancien, qui a été inventé après la découverte des jeux de cartes occidentaux. Et pour l'anecdote, le plus grand producteur de cartes d'hanafuda à l'époque était, tenez vous bien... Nintendo ! Eh oui, le même Nintendo que nous connaissons aujourd'hui pour ses consoles et jeux vidéos. Peut-on trouver là une référence de Hosoda à la culture geek ? Mmh... à creuser.

http://i53.tinypic.com/2mopkza.jpg

Quoiqu'il en soit, le suspense reste intact, pas besoin de combats épiques façon blockbuster américain pour être tenu en haleine. Même voir un type résoudre des problèmes mathématiques devient passionant (ce qui pour moi reste un véritable exploit). Par contre, et je trouve que c'est bien là le seul défaut du film, cette exagération est parfois utilisée au détriment du réalisme, et certains passages perdent en crédibilité. Par exemple dans les batailles virtuelles de King Kazma et Love Machine, Kazuma s'acharne comme un fou sur toutes les touches (je dis bien toutes) de son clavier... Je veux bien que ce soit difficile de se battre via un ordinateur mais bon, n'importe qui ayant déjà joué à un MMORPG sait très bien que ça ne marche pas comme ça, non ? De plus, la mort d'un avatar ne signifie strictement rien, alors c'est étrange que tout le monde crie à King Kazma que c'est trop dangereux... Mais heureusement, ce ne sont que de petits détails au milieu de beaucoup de perfection.

http://i52.tinypic.com/351ft6e.jpg

Une des choses que je préfère dans ce film, c'est la scène finale. Je vais essayer d'en parler sans spoiler, mais cette fin résout parfaitement tous les enjeux du films, et réconcilie le monde virtuel et le monde réel.

Alors que les différences entre les deux mondes étaient clairement montrées au départ, ici, tout s'entremêle. Images du monde réel entrecoupées d'images de la bataille dans OZ, détermination des personnages présente aussi bien dans l'un que dans l'autre. Tous ceux qui rechignaient à lutter au profit des problèmes "plus importants" du monde réel, sont maintenant impliqués autant que les autres, parce qu'ils comprennent que ces mondes dépendent l'un de l'autre. De la même façon, les conflits familiaux n'ont plus lieu d'être, ici, tous sont sont unis dans un même but, avec la même détermination. Cette scène est donc une bonne conclusion pour tout le film, cependant si elle est aussi grandiose et frappante, c'est aussi parce que l'évolution de ces problématiques sont bien gérées, que les sujets sont abordés par Hosoda avec légèreté, mais toujours avec force.

http://i52.tinypic.com/6en2a8.jpg

C'est là tout le charme de Summer Wars. Tout est léger, tout s'écoule naturellement, et pourtant le film est profond et émouvant. On se distrait en le regardant parce qu'après tout la réalisation et le visuel sont magnifiques, mais on est aussi touchés par les thèmes qu'il aborde, et la façon dont il le fait. Pour moi Mamoru Hosoda a su relever un pari risqué, celui de mélanger des univers très différents, mais aussi d'apporter une morale non moralisatrice, avec humour, légèreté et esthétisme.

http://i56.tinypic.com/sfxxcm.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Eika - dans Animes
commenter cet article

commentaires

Rames 08/09/2011 23:47



Hum hum, un bien bel article ! Tu m'as bien donné envie de le regarder ce soir :)
Allez, jme trouve ça sur la toile :)



Yuzu 23/08/2011 22:15



Bel article, comme toujours =)


A un moment tu dis que "tout le monde dit à King Kazma que c'est trop dangereux" et tu ne comprend pas psk la perte d'un avatar ce n'est rien ; mais ici c'est quelque chose, car plus Love Machine
possède d'avatars, plus elle a de pouvoir dans OZ, et lors du combat il est évident qu'elle a déjà plus de force que King Kazma d'où le fait que ce soit dangereux, enfin c'est mon avis.


Sinon superbe article ; et personnelement j'ai adoré ce film moi aussi, comme la traversée du temps.



Hiroki t 20/08/2011 14:47



Oh ! Je l'ai regardé hier en plus ! XD


C'est vraiment un trés bon film et la qualitée du studio Madhouse est incontestable ! C'est un de mes films préférés en plus. Mamoru Hosoda n'a pas fini de nous faire rêver ! Merci d'avoir fait
un aussi joli article !



eika 20/08/2011 12:05



@lolfe


Si je me suis permise de dire cela, c'est parce que je parle de l'aspect 2nde lecture. Cette révélation ne gâche en rien la surprise de la fin, l'action principale, au premier abord, n'est pas
basée sur ça, donc ce n'est pas vraiment un spoil.



eika 20/08/2011 12:00



@Gold


En effet, j'ai vu plusieurs allusions à ce film en faisant mes recherches. Mais ne l'ayant pas vu, je ne peux en juger. Toutefois je crois que la ressemblance est surtout présente au niveau du
scénario, non ? Merci de l'avoir souligné, c'est vrai que j'aurais du en parler.



Welcome !

  • : Ota-kyu
  • Ota-kyu
  • : Salutations, ce blog est "mort", je vous invite à nous retrouver sur bsolife.fr :)
  • Contact

Bienvenue sur Ota-Kyu !

ARiA.gif

On Cherche Quelque Chose ?

Ota-Kyu et le web 9.0...

Logo Homemade FBLogo Homemade TwitterLogo_Homemade_RSS_V3.png

Le phénomène VOCALOID

Dernière mise à jour le 31 mai 2013

 

 


Threadnation (Cyber Thunder Cider style), de EZFG, avec KAITO. sm20967560

Blogs régulièrement fréquentés

> Blog d'Estrelia 

> Blog de Batto : Battoyo

> Blog de Yunina : Otakute

> Blog de Kyn : Onigiri-Geek

> Blog de Flo- : Vies Nippones

> Blog de Smog : Twilight Eye

> Blog de Dreamy : Nani Nani

> Blog de Yuzu : Another way to find

> Blog d'Exelen : L'antre de la fangirl

> Blog d'Helia : La mélancolie d'une otaku

> Blog de Ruru Berryz : Geek and Girly Girl

Rubriques

Liens divers

Envie de partager votre intérêt pour Vocaloid ? Envie de rencontrer une communauté francophone de vocaloidistes ? Venez donc sur le forum miku.vocaloid.fr !

http://i55.tinypic.com/15g6lih.png

 

Vous pouvez aussi visiter ce blog entièrement dédié à Vocaloid hyper bien garni. Si vous voulez découvrir des chansons vocaloid, c'est par là que ça se passe, ce blog en regorge.

http://i51.tinypic.com/x361p4.png

 

Vous ne connaissez pas GARNiDELiA ?! Qu'à cela ne tienne. Visitez donc leur site officiel !

http://i55.tinypic.com/2pquuiw.gif

 

Ota-Kyu est référencé sur l'agrégateur Nanami

http://i54.tinypic.com/2rzcf87.jpg